A venir en 2018…!

Atelier des 4 éléments - Stage mensuel 2018 sur la croissance de l'Être - Démarrage: Samedi 20 janvier 2018 - 14h-17h
Les 7 cycles de l'être

l’élément EAU

 

«  …un vent de Dieu tournoyait sur les eaux. »
Gen, 1, 2.

« En vérité, en vérité, je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu »,
Jean, 3, 5

« Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.
Jean 4, 12-14

L’eau prend toujours la forme du vase.
Proverbe japonais

L’eau, si on sait l’entendre, si on en apprend la langue, ouvrira toute la connaissance des êtres et des choses.
Yves Thériault, Le ru d’Ikou

L’Eau est la nature première de la Matrice, de la Mère : toute vie sort de l’eau
Symbole de fertilité, de fécondité, l’Eau contient en elle-même le germe de toute chose, et le germe c’est le Feu.
L’Eau fécondée par le Feu produit toute la création.

L’Eau -plutôt- féminine est le récepteur, la Matrice.
Le Feu –plutôt- masculin est l’emetteur, la Semence. Et tous deux sont acteurs.
La Matrice Eau est le lieu de la gestation de la Semence Feu qu’elle nourrit, manifeste, reproduit, et multiplie par division, mitose, bourgeonnement …

L’Eau donne et reçoit ; elle est la matrice qui attire et reçoit le Feu qui l’élève et qu’elle nourrit.
L’Eau informée par le Feu s’élève vers le Ciel : c’est l’Eau ignée, l’Eau transmutée, le Mercure alchimique … et l’Eau informée du Ciel retombe en pluie,   nourrit et informe la Terre des intentions de l’Etre, c’est l’Eau transformée en vin des fêtes de Cana.

L’Eau est le récepteur qui réagit, fusionne, absorbe, aspire.
L’Eau enveloppe, lie, reçoit, réunit.
Elle assouplit, dilue, dissout, fluidifie

L’Eau reproduit, copie,
L’Eau reflète
Elle est miroir narcissique de la beauté du monde

Elle perçoit et révèle,
Elle est l’instrument de la révélation, de la grâce

L’Eau étanche la soif (de vérité, de connaissances, de rêves, d’amour …)
Elle nourrit, désaltère et guérit

Elle est le cœur sensible qui ouvre à la participation.
Elle est la reine de l’émotion, de l’empathie,

L’Eau est détente, lâcher prise, grâce.
Propice à la confidence, à l’insouciance enfantine,  à la danse du papillon  dans le vent …elle est la voie de l’humilité qui enseigne la suprême vertu de sagesse : libre et sans attache, elle se laisse couler (Lao Tseu) et donne la direction à suivre (passage de la Mer Rouge).
L’Eau indique le chemin  à travers les malheurs du monde vers la Terre Promise.
Elle est la voie du Silence intérieur, de l’Esprit Saint qui verse la sagesse dans le cœur altéré ;
Elle est le reflet de l’Esprit qui flotte à sa surface (Genèse).
Elle est là où se tient le trône divin (Coran XI 9).

L’Eau guérit, nettoie, par dilution, décantation, par sédimentation, par drainage
L’Eau des fontaines des lieux de culte (celtes, pré-chrétiens …), l’Eau des sources miraculeuses, des eaux thermales sont les eaux bénéfiques qui guérissent par leurs minéraux ou les divinités …

L’Eau est rosée de la régénérescence qui donne aux fleurs leur croissance (Coran, XIV 6) ; elle est Rosée de Pâques, rosée du jour nouveau de l’aube bénéfique,
Survie du peuple hébreu, l’Eau est  renaissance, résurrection : elle est  le salut et la justice qui ruissellent comme la rosée et germent comme les plantes (ls 49,9; 55,13).
Symbole de renouveau et de vivification, l’Eau est comparée aux bienfaits divins, et même à Dieu lui-même qui  change les steppes arides en pays verdoyants, (Isaïe 41,19; 45,18)

«  …il viendra pour nous comme l’ondée, comme la pluie de printemps qui arrose la terre. » Osée, 6,3

« Nous faisons descendre du ciel une eau bénie grâce à laquelle nous faisons croître les jardins », (Al-Qor’an L,9-11)

L’Eau de l’initiation, du baptême, de l’immersion ou de la bénédiction symbolise l’initiation, la renaissance, les “épousailles” de la Terre et du Ciel.
L’aspersion d’eau bénite, le sacrement du baptême des chrétiens, les ablutions initiatiques des temples d’Isis,  de Mithra, du rituel  islamique, l’Eau lustrale qui chasse les maléfices, l’eucharistie, les eaux bouillonnantes par lesquelles Jésus guérit un paralytique, les sources  que le Seigneur fait jaillir du désert ou  la source que Moïse fait jaillir du rocher …magnifient l’Eau comme élément de régénérescence, de  renouveau, de vivification, de purification, et de la renaissance que l’on recherche dans les pèlerinages vers des lieux sacrés liés à l’eau (Saintes Marie de la Mer, le Gange …)

Comme  la fiancée du cantique des cantiques comparée à la fontaine des jardins,  l’Eau est médiation  entre le ciel et la terre, conductrice de la divinité et de la vie éternelle, cœur faisant rayonner l’esprit, inondant la matière de l’esprit, salut que Dieu apporte à son peuple.

L’Eau de  sagesse désaltère les assoiffés.
L’Eau de la Loi sera bue pour fonder la civilisation de Moïse.

L’Eau est duelle comme  l’onde, la marée,
Vague déferlante sur la jetée,
Ou lac tranquille dans la vallée,
Cascade abandonnée dans sa chute,
Chute vaporisée en embruns
Embruns figés en glace par le froid …

L’Eau est flux et reflux qui se tend, se détend, jaillit, saisit l’élan, gicle, s’essore, rebondit, s’écoule, dégouline en filets, dévale en torrents vrombissants, s’évapore, vide et remplit …
Eaux déchaînées ou calmes, nourrissantes ou engloutissantes, fertiles ou stériles, claires ou troubles, fraîches ou saumâtres, bruyantes ou silencieuses,  sacrées ou profanes, elles sont les Eaux du déluge destructeur ou  purificateur, fin ou début d’une humanité …
Eaux douces ou salées,  purifiantes ou  débilitantes, Eaux du Haut (Ez 36, 25) ou Eaux du bas (Nb V 18),  Eaux du ciel, comme  les nuages qui entourent le trône de Dieu, comme la pluie, d’Apsara en Inde, d’Apsou  à Babylone … Eaux du Bas, comme Tiamat, la mer d’où sortent toutes les créatures …

Symbole majeur de l’âme et de l’inconscient, où s’ébattent les anges comme le diable, les sirènes comme les fées … l’Eau est notre “terre psychique”  qui irrigue l’âme des larmes de joie et de tristesse, de bonheur ou  de noirceur.
Eau de sagesse ou de  folie, de vertu ou du mensonge, d’illusion ou de clarté, de laxisme ou de fermeté, d’obnubilation ou d’objectivité, de stupeur ou de maîtrise, elle est l’Eau des navigateurs  transportés par la grâce ou égarés par le chant des sirènes, l’Eau du passage sur l’autre rive ou de la noyade,  de  l’accès à l’immortalité ou de l’emprisonnement dans les émotions égoïstes …

Correspondances

Le nombre 2
Galaxie, Gaïa
Mère, matrice, enveloppe, Eve (ancien nom de l’Eau, de l’hébreu “hâyah”, vivre).
La période des pluies, la mousson, les marées
Déluge (traditions de l’Amérique Latine, de l’Egypte, de la civilisation mésopotamienne …), l’inondation (submersion par un flot émotionnel)

Puits
Fontaines sacrées
Sources, rivières, fleuves, oceans

Le sang et l’eau, la sève, la fertilité.
Cytoplasme, mésoblaste (système cardiovasculaire), organes sensoriels, cœur;
cœur, sentiment, émotion,
féminin, âme, psyché …
sexualité psychique.
parthénogénèse

Les récoltes et vendanges automnales
Anabolisme,
hétérostasie,
feed-back -rétroaction- négatif

Hydrosphère
Ouest, automne
Tempérament lymphatique
Energie de liaison, d’enveloppement, de participation, de manifestation

 

* * *