Introduction

Quatrième Acte du Grand Cycle de l’Etre, voici venir le temps des Organismes : après les Cellules, les Animaux et les Végétaux entrent en scène avec les Vers et les Champignons pour jouer la pièce du Sexué ou de l’Intelligence1 en laquelle nous allons voir des acteurs progressivement reconnaissables et d’une taille accessible à nos yeux malgré la petitesse des premiers spécimens. Nous sommes donc désormais en pays connu, sur la planète Terre où le Soleil et la Lune orchestrent le ballet quotidien du jour et de la nuit, du visible et de l’invisible, du Végétal et de l’Animal comme du Mâle et de la Femelle qui occupent les rôles clés et expriment toute la beauté de leur Intelligence par les couples qu’ils constituent. L’Intelligence que développent les Organismes Animaux et Végétaux et l’aspect presque enchanteur du monde qu’ils nous offrent sont en effet intimement liés et au couple animal-végétal et au couple mâle-femelle qui assurent la dynamique et l’accroissement constant de la richesse d’expression de ce monde par le jeu toujours plus subtil et étendu des partenaire accédant à une connaissance toujours plus élargie de l’environnement (voir plus loin : Sexualité et dynamique)

Des Cellules aux Organismes

Assemblages multicellulaires et sexués et non plus Cellules isolées dans leur quant-à-soi, les Organismes atteignent des niveaux de développement irréalisables par l’état unicellulaire. Car, à l’inverse des acteurs unicellulaires du monde du Vivant faisant de la Cellule isolée -mais en continuelle relation avec son environnement- un individu différencié capable de survivre individuellement (cf. Acte III), l’état multicellulaire de l’Organisme constitué de tissus et d’organes spécialisés régis par des systèmes de régulation, implique aussi la communication des individus au moyen de signaux de plus en plus sophistiqués (Intelligence vient de intelligere et intellego ou inter lego qui signifie lire le lien, comprendre ; cf. plus loin), la plus grande part des réseaux de communication ayant pour but de fournir des critères de choix sexuel (Jean-Marc Lepers2) … le tout ayant comme conséquence le développement exponentiel de l’Intelligence.

Animal et Végétal

Ne soyons pas étonnés de voir ici présentés ensemble les Animaux et les Végétaux puisque contrairement à ce qui est habituellement admis, à savoir l’apparition et l’évolution plus précoces du règne végétal, l’Animal et le Végétal3 apparaissent simultanément et évoluent en partenariat et en complémentarité (production d’oxygène par les Plantes qu’utilise les Animaux qui fabriquent du gaz carbonique qu’utilisent les Plantes …), le début de leur règne voyant néanmoins alterner la prédominance de l’un sur l’autre de ces règnes s’accompagnant de l’alternance des périodes climatiques (réchauffement par augmentation de CO2, refroidissement par augmentation d’O2), l’équilibre étant malgré tout constamment assuré. En fait les règnes Animal et Végétal manifestent respectivement les versants “inférieur” et “supérieur” (ou exclusif et inclusif ou encore géo-lunaire et géo-solaire …) du monde des 2 organismes (voir plus loin) dont ils déterminent le gradient énergétique – ou la dimension verticale, le Végétal représentant en quelque sorte et paradoxalement le pôle supérieur ou « spirituel » de l’Animal. Liés par un lien d’amour indestructible et ne pouvant se passer l’un de l’autre, Animaux et Végétaux sont non seulement en interaction mais en co-évolution permanentes et assurent de ce fait l’existence, le fonctionnement et la pérennité du système.

PDF

Lire la suite “Acte IV – L’Être Intelligent : “Planète et Organismes” au format PDF (54 pages)